[ Retour ]

LA NUIT EST MÈRE DU JOUR

La nuit est mère du jour

de Lars Noren

Deuxième Acte

 (12.00 - 16.30)

           La radio marche, l'horloge de l’Hôtel de Ville sonne douze coups - puis vient  "Le Poème du jour". Ulf Palme lit un poème de Rjalmar Gullberg. Martin est seul dans la cuisine, il prépare le déjeuner et ferme la radio. Il a enlevé sa veste et bu quelques verres - cela ne se remarque pas. Il a caché des bouteilles d'alcool en divers endroits. A la fois inquiet et détendu. Il verse négligemment à côté et ne s'en aperçoit pas. Il fait cuire quelque chose. Essuie des assiettes. Met la table. La regarde. Approuve. Siffle. Fait une pause dans ses préparatifs. On le voit contrôler toutes les portes et toutes les fenêtres, puis ouvrir un élément sous l'évier, sortir une bouteille d'un seau rempli d'épluchures de pommes de terre, il boit, se rince la bouche, cro­que une pastille. Il parait bien aller. David a branché la minuterie pour les oeufs, tout à coup, elle sonne. Paniqué, Martin se retourne - Sale gosse... Il n'apprendra donc ja­mais. Pendant tout le monologue de Martin, Georg s'affaire dans le garage avec sa moto, il accélère au point de faire trembler les murs.

 

MARTIN : Ça doit leur suffire… Sinon, ils peuvent aller se faire servir ailleurs. Autant les appeler. (Il tâte son ven­tre) Quant à moi, je ne dois rien prendre, je le sens. Il n’y a pas à dire, le lait me donne mal à l'estomac — c'est comme une ventouse qui aspirerait quelque part par là. (Il tousse) et c'est pour ça que j'ai ces foutues irritations à la gorge … (Il rote, allume une cigarette. Regarde par la fenêtre) Oui, oui... Quelle heure est-il? Déjà midi... Il faut que je téléphone pour les alcools avant une heure. Il vaudrait mieux que je le fasse avant qu'ils ne descen­dent. (Il entre dans son bureau, compose Le numéro. At­tend.) Pourquoi ne répondent-ils pas? Allô? Oui bonjour, c'est l'hôtel. J'avais quelques petites commandes à passer!... 

Télécharger l'extrait complet

AUTEUR : Lars Noren