[ Retour ]

LYCOS

Lycos

Lancelot Hamelin

 

Lycos :

Le langage technique

Sera-t-il plus ennuyeux

Que le langage mythologique ?

La Loi du Marché est notre mythologie

Le Bourse, son Olympe, et Crise

Croissance, Crédit, Capitaux, Dette,

Fortune, Pétrole, Or, Immobilier,

Matières Premières sont nos dieux,

Avec Armes, Sexe et Drogue…

ADN, Entertainment et Automobile

Mode, Alimentaire, Pollution et Ecologie…

Mais aussi le Super Tanker, le Cygne Noir,

Les Actifs Toxiques, Le Titanic,

Et les Vagues Scélérates, et les Chandeliers,

Et la Main Invisible…

Cela sera-t-il vraiment plus ennuyeux ?

Pas si c’est nous, les Traders,

Qui chantons l’épopée…

Télécharger l'extrait complet

AUTEUR : Lancelot Hamelin

Lancelot Hamelin a participé à la vie du Théâtre du Grabuge, à Lyon, avant de se consacrer exclusivement à l’écriture. Il travaille en relation étroite avec différents metteurs en scène : Mathieu Bauer (Alta Villa, en 2007 à Théâtre Ouvert, Tristan et...en 2009 aux Subsistances, et le Projet Prométhée Corridorà venir), Frédéric Maragnani (Où, les cœurs ? en 2010 aux Subsistances, et Shoot the freak ! la saison prochaine), Éric Massé (Mythomanies Urbaines, à la Comédie de Valence et à la Comédie de Saint-Étienne la saison prochaine), et Christophe Perton (Le Procès de Bill Clinton en 2009 à la Comédie de Valence). Il collabore à la dramaturgie de la pièce (La Folie d’Héraclès d’Euripide et écrit un prologue « Olympus corporation » pour la création en 2010 à la Comédie de Valence et à la Comédie Française).  Après avoir écrit une série de cinq textes sur les blessures de la guerre d’Algérie, Voix dans un hôtel de montagne, où il traitait des relations entre l’intime et le collectif, (projet accompagné par la Villa Gillet, la Comédie de Valence et Théâtre Ouvert), Lancelot Hamelin travaille à présent à partir de commandes. La mythologie mise en écho avec le monde contemporain semble être un des fils conducteurs de son travail actuel. Il fait partie du collectif réuni par Richard Brunel autour de la Comédie de Valence, et aussi de l’«auteur virtuel » Petrol