Scènes et Cités
CREATIONS | REPERTOIRE | CALENDRIER | CONTACT
rendez vous sur www.scenesetcites.com

Au pessimisme de la pensée,
j'oppose l'optimisme de la volonté.

Antonio Gramsci

 - Scènes et cités

 


...
...
POÈTE

ENSEIGNE À MOURIR AVANT LE TEMPS,

ET QUE LA PART MAJEURE DE LA MORT EST LA VIE,

DONT ON NE SOUFFRE PAS,

ET LA MOINDRE,

QUI EST LE DERNIER SOUPIR,

EST CELLE QUI FAIT SOUCI

Francisco de Quevedo y Villegas

POÈTE - Scènes et cités
...
L'AUTEUR


L'AUTEUR - Scènes et cités

L'AVANTAGE AVEC LES ANIMAUX.... SE PRÉSENTE COMME UN TEXTE THÉÂTRAL, VOIRE CLASSIQUE EN APPARENCE.

L'AVANTAGE AVEC LES ANIMAUX... NAÎT À FORCE DE RESTER DES JOURNÉES ENTIÈRE LE CUL SUR UNE CHAISE FACE À UN ORDINATEUR.

Rodrigo Gar ... [lire la suite]

cia

 

...
Scènes&cités

Bénéficie du soutien :
du ministère de la culture et de la communication.
De la Région Rhône-Alpes.

Voir la page

Scènes&cités - Scènes et cités
...
Edito - Scènes et Cités
SAISON 14-15

 L’avantage avec les animaux...  est moins une histoire qu’un témoignage poétique de 
rescapés. La force de la pièce repose sur une proposition concrète : comment poursuivre sa vie lorsque celle-ci a bien failli nous échapper ? Car nous sommes quelques uns à avoir connu, où destinés à connaître, l’expérience du Miracle. Jeunes ou vieux, hommes, femmes, enfants, du plus puissant au plus misérable, nous voilà rendus égaux lorsque la mort s’attarde sur le chemin de notre vie et s’amuse à nous faire chuter. Le personnage du « Vivre » de Kurosawa, devant l’annonce de sa mort brutale et incontournable décide soudain de tout changer, de déplacer les curseurs d’une existence vaine et d’être enfin utile à quelque chose. La maladie, la conscience de la mort, ouvre t’elle le regard sur le monde et sur les autres ? C’est ce que semble furieusement interroger Garcia qui convoque dans ce texte aussi truculent que lyrique ses poètes frères de Francisco de Quevedo à Robert Walser. Il y a une énergie et une vitalité salutaires dans cette façon de provoquer et de sonner le tocsin pour réveiller les consciences assoupies. La langue et la puissance du chant qui s’y déploie ont quelque chose 
d’incomparable, comme une invocation intime et intense, un engagement chuchoté que l’on prendrait sur le fil du rasoir quand le jour qui vient peut aussi bien vous précipiter vers le néant que vous offrir encore quelques temps pour « vivre ».
Christophe Perton

 L’avantage avec les animaux...  est moins une histoire qu’un témoignage poétique de rescapés. La force de la pièce repose sur une proposition concrète : comment poursuivre sa vie lorsque celle-ci a bien failli nous échapper ? Car nous sommes quelques uns à avoir connu, où destinés à connaître, l’expérience du Miracle. Jeunes ou vieux, hommes, femmes, enfants, du plus puissant au plus misérable, nous voilà rendus égaux lorsque la mort s’attarde sur le chemin de notre vie et s’amuse à nous faire chuter. Le personnage du « Vivre » de Kurosawa, devant l’annonce de sa mort brutale et incontournable décide soudain de tout changer, de déplacer les curseurs d’une existence vaine et d’être enfin utile à quelque chose. La maladie, la conscience de la mort, ouvre t’elle le regard sur le monde et sur les autres ? C’est ce que semble furieusement interroger Garcia qui convoque dans ce texte aussi truculent que lyrique ses poètes frères de Francisco de Quevedo à Robert Walser. Il y a une énergie et une vitalité salutaires dans cette façon de provoquer et de sonner le tocsin pour réveiller les consciences assoupies. La langue et la puissance du chant qui s’y déploie ont quelque chose 

d’incomparable, comme une invocation intime et intense, un engagement chuchoté que l’on prendrait sur le fil du rasoir quand le jour qui vient peut aussi bien vous précipiter vers le néant que vous offrir encore quelques temps pour « vivre ».

Christophe Perton

 l’avantage avec les animaux c’est qu’ils t’aiment sans poser de question » 


Infos pratiques - Scènes et Cités
  • Anthéa - Théâtre d'Antibes
    le 10 janvier 2015

    Théâtre du Rond Point - Paris
    du 15 janvier au 14 février 2015

    Théâtre du Jeu de Paume - Aix en Provence
    du 17 au 21 février 2015

     




  • contact production et diffusion : 

    Cendrine Forgemont
    tel 06 10 66 36 78
    cforgemont@scenesetcites.com